Logo diocèse de Versailles

Veillée pour la Vie 2017


La neuvième édition de la Veillée de prière pour la Vie s’est tenue à la cathédrale Notre-Dame de Paris le mardi 30 mai au soir. Une belle occasion d’entendre des témoignages et de prier pour les personnes confrontées à diverses difficultés ou épreuves liées au respect inconditionnel de la Vie et à sa victoire sur les entraves qu’elle rencontre.

La veillée, célébrée par les évêques des diocèses d’Île-de-France et présidée par Monseigneur Aumonier, s’est ouverte par la lecture d’un message du Cardinal André Vingt-Trois, absent pour des raisons de santé. Il nous rappelle que les forces capables de changer le monde sont l’acte de foi, la prière et le service.

Trois témoignages ont suivi, sur le thème :

Comment les dégâts vécus n’ont-ils cependant pas pris possession de ma vie ?

Le premier fut la lecture, par l’association Agapa, de la prière de Pauline, qui a vécu un avortement puis est revenue à la foi. Elle confie ses bébés non nés au Seigneur et Le remercie pour son soutien.

 

Témoignage d’Angeline

Le témoignage d’Angeline nous a rappelé les difficultés que peut rencontrer un membre du personnel médical dans des situations où il doit accomplir des actes contraires à sa conscience. Cette sage-femme a refusé de participer à une interruption médicale de grossesse, jusqu’à fondre en larmes devant l’insistance de sa chef de service. Ce refus n’a pas eu de conséquences négatives sur la suite de sa carrière comme c’est parfois le cas pour des professionnels du monde médical ou des étudiants en médecine. Depuis, une association a été fondée pour former les personnes qui le souhaitent à faire valoir leur droit au respect de leur conscience.

Une pause a été proposée pour permettre à l’assemblée de faire connaissance dans une atmosphère fraternelle.

Willy et Angèle, réfugiés en France

Puis Willy et Angèle, un Burundais et une Rwandaise, mariés depuis dix-sept ans, nous ont ensuite raconté leur histoire et celle de leur quatre enfants. Après avoir fui son pays à cause de la situation politique intenable, Willy fut emprisonné pendant cinq ans.

Dans sa cellule, il a fait l’expérience de la prière et a découvert la présence de Dieu : grâce à ce dialogue intime, il n’était plus seul dans cette épreuve. Réfugié en Norvège avec son épouse, il est paralysé par le syndrome de Guillain-Barré et doit se faire soigner en France. Alors que les services sociaux veulent la séparer de ses enfants, son épouse, aidée par un pasteur, fuit la Norvège pour le rejoindre.

Ils vivent depuis en France, près de Plaisir. Leur témoignage souligne la puissance de l’action de Dieu grâce à leur foi restée solide dans tous les moments difficiles de leur parcours, depuis les prières exaucées pour obtenir un travail et un titre de séjour jusqu’au revirement miraculeux du douanier qui refusait de les laisser sortir de Norvège car leurs passeports expiraient.

Après la lecture de l’Évangile selon Saint-Jean, l’homélie de Mgr Aumonier a fait écho à ces témoignages en nous rappelant l’action de Dieu dans chaque personne, en particulier dans nos moments de faiblesse :

Les institutions, associations, structures d’Église, peuvent produire de bonnes œuvres, mais cependant, rien ne peut se faire sans notre engagement personnel et sans notre prière. Prions sans cesse car tout ce que nous demandons à Dieu au nom du Christ, Il le réalise. C’est Lui qui nous rend capables d’aimer.

Les intentions de prière confiées aux évêques

Des intentions de prière, écrites par les fidèles d’Île-de-France, ont été portées en procession sous les bannières des différents diocèses. Deux d’entre elles ont été lues respectivement par chacun de nos évêques, tournés ensemble vers Dieu et vers la Vierge Marie, accompagnés par les chants de l’assemblée. Plusieurs de ces intentions étaient rédigées par des personnes demandant la force d’être libérées de leurs addictions, ou par leurs proches.

Les évêques et l’assemblée ont ensuite prononcé ensemble la prière d’intercession et d’engagement en faveur de la vie. Enfin, comme le veut la tradition de cette veillée, les évêques ont salué et béni les fidèles de leurs diocèses sur le parvis de la cathédrale et leur ont remis une image souvenir et la prière à l’Esprit Saint. Cette année, la météo était clémente. Ce qui n’a fait que mettre en valeur la communion fraternelle pétrie de simplicité et de joie au service de la vie, don gratuit de Dieu.

Revoir la Veillée de prière pour la Vie

P.-Y. Guerder