Logo diocèse de Versailles
l'accompagnement des personnes âgées

Former les diacres à l’accompagnement des personnes âgées


Durant cette année, les diacres du diocèse et leurs épouses ont cherché à mieux comprendre le sens de l’accompagnement des personnes âgées …

L’attention aux personnes âgées ou malades

Durant cette année, les diacres du diocèse et leurs épouses ont cherché à mieux comprendre le sens de l’accompagnement des personnes âgées et notamment de celles qui présentent des troubles de la communication, cognitifs, sensoriels et émotionnels …

En partant des informations apportées par différents intervenants, ils vont maintenant traduire cette formation en propositions dans leurs paroisses ou leurs missions diocésaines.

L’accompagnement des personnes âgées : une formation proposée par notre Évêque

Il y a environ un an, notre Évêque proposait aux diacres et à leurs épouses de se former à l’accompagnement des personnes âgées. Pour lui, en effet, certaines personnes, même celles engagées dans de nombreux services d’Église, ne semblent plus rester en lien avec les paroisses à partir du moment où elles ne peuvent plus se déplacer facilement.

A partir d’un film tourné auprès de personnes âgées en institution ou chez elles et de nos expériences de vie et de mission, nous nous sommes dit combien il est important de vivre entre personnes de tous âges, chez soi quand c’est possible car « seul l’homme chez lui parle d’avenir »

La vie en institution n’est pas simple, ne serait-ce que parce qu’on y

juxtapose des solitudes qui ne se choisissent pas.

Une première intervenante : entrer en relation

Afin de nous aider à entrer en relation avec des personnes âgées présentant des troubles de la communication, cognitifs, sensoriels et émotionnels, une intervenante nous a indiqué des manières de faire, fondées notamment sur la communication non verbale.

Elle a également souligné que leur mémoire émotionnelle fonctionne bien et que ces personnes peuvent retenir le comportement plus ou moins adapté de visiteurs, sans pour autant savoir qui ils sont.

Nous nous sommes interrogés sur l’accompagnement de la souffrance spirituelle (c’est-à-dire relative au sens de la vie) qui existe au milieu des souffrances physiques, psychiques et relationnelles des personnes âgées en fin de vie. Cette souffrance n’a pas vocation à être soulagée, mais dévoilée. Notons que spirituel et religieux ne doivent pas être confondus.

Une deuxième intervenante : le mystère de l’homme

Enfin, une dernière intervenante nous a aidés à approfondir le mystère de l’homme qui se révèle au fil de l’évolution de la maladie. Elle nous a invité à chercher l’homme qui se révèle dans des moments plus ou moins fugitifs. Le visage et le regard traduisent notamment cette humanité. Celui qui accompagne apprend à attendre pour que la personne consente à quelque chose, à comprendre le sens donné aux évènements par quelqu’un qui n’a plus la mémoire de tout ce qu’il a vécu. Un chemin religieux est possible et la Foi peut faire rayonner des personnes.

C’est le Christ qui nous appelle

La parole du Christ (Mt 25) « J’ai été malade et vous êtes venu me visiter » donne du sens à l’accompagnement : on soigne Jésus ! Devant Pilate, Jésus est silencieux, les malades le sont souvent aussi. Les malades nous ramènent à l’amitié, la relation au lieu de l’égocentrisme.