Logo diocèse de Versailles

Quand le Cénacle accueille une sœur pour la vie…


Samedi 10 juin 2017, Soeur Claire a prononcé, à Versailles, son engagement définitif dans la Congrégation de Notre Dame du Cénacle. Lorsqu’on se laisse guider par la Parole, paix et joie font partie du chemin quotidien.

Claire prononce ses vœux en l’église Sainte Elisabeth de Hongrie à Versailles

Nous étions nombreux à entourer Claire, samedi 10 juin, en l’église Sainte Elisabeth de Hongrie, pour être témoin de son engagement définitif dans la Congrégation de Notre Dame du Cénacle.

Sa famille nombreuse venue de Toulouse et de la région parisienne, des amis rencontrés au cours de sa vie à Toulouse, à Limoge, à Raismes, à Paris… ses soeurs des communautés de la Province Europe-Togo, des différents pays de la Congrégation… Bref, l’Eglise universelle rassemblée autour d’elle, était bien témoin d’un “OUI” pour toujours dans la Congrégation, à la suite du Christ.

Un engagement pour la vie et un appel pour chacun

Par son engagement définitif, Claire se laisse aimer jusque là… Elle choisit la vie ! Et nous invite à la choisir, à nouveau avec elle.

Avec cette célébration de son engagement définitif, Claire nous entraine, nous aussi à renouveler tous nos engagements personnels, ecclésiaux, conjugaux, de congrégation… tout ce à quoi le Seigneur nous appelle, chacun.

Conseil diocésain des Consacrés

Joie et paix

La célébration était placée sous le signe de la Parole et d’une grande joie ! Parole qui accompagne tout au long de la vie, et Joie qui l’éclaire. Parole qui engage Dieu et celui ou celle qui y répond, dans une joie partagée. Une Parole de bonheur, source de vie jaillissante.

Elle a trouvé celui que son coeur aime. Claire sait sur qui compter…

La célébration s’est poursuivie par un apéritif puis un dîner tout aussi joyeux : temps de fête partagé…

… Si l’on pouvait comprendre à l’avance quelles sont les douceurs et la paix que l’on goûte quand on ne met pas de réserve avec le Bon Dieu ! Comme il se communique à l’âme qui le cherche sincèrement et qui a su se livrer. Que l’on en fasse l’expérience et l’on verra que c’est là où se trouve le vrai bonheur que l’on cherche en vain sans cela.

Sainte Thérèse Couderc, “Se livrer”, 26 juin 1824