Logo diocèse de Versailles

Le sacrement de mariage : pour en parler aujourd’hui, redécouvrir d’abord la dynamique de sa grâce


Destinée aux couples et aux prêtres et diacres  chargés de la préparation au mariage, cette journée du 17 mars 2018, sur le thème « le sacrement de mariage aujourd’hui : quels fondements pour y croire, quels mots pour en parler » a renouvelé leur approche du sacrement de mariage. 

Le père Cédric Burgun, docteur en droit canonique et droit civil,  Vice-Doyen de la Faculté de Droit canonique de Paris,  juge ecclésiastique pour la Province Ile-de-France, et auteur de plusieurs ouvrages sur le mariage et la famille, était intervenant lors de cette journée interactive,

alternant enseignements et temps de partage en groupes ou en couple. L’ imagination créatrice a aussi été sollicitée, chaque groupe ayant à répondre à une question sur l’interaction entre deux piliers du mariage  par un mime, un dessin, un collage ou une scénette. Il fallait pouvoir répondre à ce qui préoccupe souvent l’esprit du monde, comme, par exemple, cette idée largement répandue : « plus je suis fidèle, moins je suis libre ? ! ? »

La grandeur du mariage naturel et la plus-value du sacrement de mariage

L’étude des paragraphes 126 et 221 d’Amoris Laetitia a permis de mettre en lumière la propriété essentielle du mariage, le bonum conjugum, c’est-à-dire le soin de l’autre que le Père Burgun appelle le cinquième pilier, transverse aux quatre autres plus connus :  la liberté, la fidélité, l’indissolubilité et la fécondité. Les participants ont pu découvrir que ces  « piliers », à l’image un peu trop statique, sont en réalité davantage des « leviers ». C’est d’ailleurs l’une des évolutions de paradigme que le service de la Mission pour la famille s’emploie à diffuser dans un souci missionnaire.

« Chaque mariage est une « histoire de salut », et cela suppose qu’on part d’une fragilité qui, grâce au don de Dieu et à une réponse créative et généreuse, fait progressivement place à une réalité toujours plus solide et plus belle ». Ce paragraphe 221 d’Amoris laetitia a servi de base à l’exploration de la dynamique du sacrement de mariage au cœur duquel la grâce de Dieu et la nature humaine se marient ensemble ; Adam et Eve, Sarah et Tobie, les noces de Cana, ont bien  illustré ce propos.

Le Père Burgun a poursuivi en développant la notion de  « mariage naturel » comme « sacrement primordial » voulu par Dieu pour toute l’humanité. C’est une notion importante car l’Eglise considère qu’un mariage civil entre deux personnes non baptisées est un vrai mariage avec les conséquences que cela implique. Cela n’invite que davantage à s’interroger sur la valeur ajoutée qu’apporte le fait de s’engager dans le sacrement de mariage. « C’est l’attestation faite par l’Eglise que la grâce de Dieu est là présente et donnée » explique en particulier l’orateur. Attestation non dénuée d’intérêt, de soutien et d’encouragement pour un couple qui veut durer au-delà des épreuves, se dit-on dans la salle.

Pour terminer la journée, le père Pierre-Marie Pascal du groupement paroissial de Verneuil-Vernouillet qui était l’unique prêtre du diocèse présent à cette journée avec des couples de son équipe de préparation au mariage, a  présidé  la messe, au cours de laquelle  a été prononcée une prière de bénédiction pour tous les couples présents. Se donner pour la mission en couple, c’est toujours d’abord accepter de recevoir « une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante dans son tablier » ! (Luc chapitre 6)

Quelques témoignages :

Sandrine et Yann : « Comme toujours nous avons été chaleureusement accueillis, avec le plaisir croissant de retrouver des couples que l’on commence à mieux connaître.  Les interventions du Père Cédric Burgun, toujours très éclairantes et riches, ont pu compléter les formations que nous avions déjà eues avec l’ABCDaire ou lors de la formation en droit canon.
Les ateliers en groupe ont été très intéressants : nous avons dû surmonter collectivement notre appréhension de se mettre en scène en un temps très limité, mais finalement l’urgence a servi de moteur à nos échanges et notre créativité. L’animation autour du photo-langage était une belle expérience de réflexion personnelle et d’écoute qui nous ouvre de nouvelles pistes d’échanges avec nos équipes. Nous remercions aussi l’équipe d’avoir su ménager un temps plus particulier pour notre couple. Cette journée était plus qu’un temps de formation, c’était aussi une belle occasion de rencontres, de convivialité et un vrai ressourcement pour notre couple. »

Bernadette et Serge : « Ce fut une belle journée de ressourcement pour notre couple. Après un accueil personnalisé et chaleureux, nous sommes rapidement entrés dans le rythme d’un programme équilibré, alternant : prières, chants, enseignements, carrefours et  moments de convivialité, favorisant les échanges avec les autres couples. Nous avons ressenti une très grande bienveillance de tous les participants, chacun ayant pu s’exprimer sans jugement.
Ce qui nous a le plus marqué : l’enseignement clarifiant du P. Cédric Burgun et la messe avec la bénédiction , sorte de piqûre de rappel de la force du sacrement, gage de l’unité et l’équilibre du couple.
Nous repartons avec la découverte du 5ème pilier du soin de l’autre et avec la réflexion  sur  l’origine du mariage dans la bible , révélant que tous les mariages, civils y compris sont unis dans les priorités que Dieu a voulues.
Nous comptons approfondir cette question lors de formations sur le droit canon et le mariage. »

Isabelle et Frédéric : « Vivre une journée pour mieux servir les fiancés que nous accompagnons vers le mariage, c’est aussi prendre du temps pour notre couple !
Nous avons pu revisiter notre histoire de couple pour mieux comprendre l’évolution de notre perception du sacrement de mariage… et réapprendre à puiser régulièrement à sa source.
Le Père Burgun nous a rappelé que chaque mariage est une histoire de salut, nous invitant à ouvrir nos cœurs à la diversité des couples qui se présentent à nous, mais aussi à accueillir nos épreuves, convaincus que Dieu vient planter sa croix et donner sa Grâce, au sein de notre couple.
Nous repartons plus encore conscients que le sacrement de mariage est un sacrement dynamique, qui se renouvelle chaque jour par la grâce de Dieu, et nous fait avancer l’un l’autre vers le Père. »

Christine Lanoire et Pauline Goater

Si vous souhaitez vous êtes attirés par la pastorale de la préparation au mariage, , parlez-en à votre curé et prenez contact avec le service de la Mission pour la famille, pour vivre dès novembre 2018, une session de l’ABCDaire de la préparation au mariage qui vous aidera dans votre discernement.