Logo diocèse de Versailles

Noël à Parakou avec le père Laurent Guimon, envoyé Fidei Donum


Le Père Guimon est à Parakou depuis 2016, aumônier des sœurs contemplatives de Jésus-Christ. Il nous raconte le déroulé de la nuit et de la journée de Noël dans ce Bénin lointain.

Dans la petite chapelle des Sœurs Contemplatives de Jésus Eucharistie, où je vais célébrer ce soir de Noël, tout se passe simplement, doucement. La crèche est prête, les petites orphelines recueillies par les sœurs se déguisent  en anges, bergers et rois mages pour venir adorer l’Enfant Jésus nouveau-né. 

Les religieuses chantent un mélange de cantiques français de Noël, de grégorien et de chants en langues locales accompagnés de tam-tam et de maracasse.

 

Dans la ville il y a peu de décorations extérieures, peu de crèches dans les maisons et dans les paroisses, elles sont disposées la veille de Noël et tout est rangé avant le 12 janvier.

On trouve des traditions qui rappellent un peu la fête d’Halloween : Pour la nuit de Noël, les enfants récupèrent des papayes encore vertes qu’on évide ; on y met de l’huile rouge de palmier avec une mèche et on les dispose pour illuminer la maison. Le lendemain, les enfants déguisés en « Kalita » (sorte de génie sympathique) vont frapper de porte en porte en dansant et chantant en échange d’une assiette bien garnie qu’ils savourent aussitôt. Pour le déjeuner de Noël, il n’y a pas de tradition culinaire spéciale, on mange même rapidement pour aller visiter les voisins et se réjouir ensemble de la naissance de l’Enfant Jésus.

La maison, où logent les sœurs actuellement, s’appelle « Bethleem ». Elles y assurent l’adoration perpétuelle. Une de mes missions est de leur construire un nouveau monastère, les travaux avancent et l’installation de la communauté se fera l’année prochaine. Ce sera le « Monastère de l’Emmanuel ».

p. Laurent Guimon

 

http://laurentguimon.wixsite.com/deversaillesaparakou