Logo diocèse de Versailles
miséricorde

Récit de la clôture de l’année de la miséricorde à la lumière d’Amoris Laetitia


Malgré une météo défavorable, les catholiques des Yvelines sont venus en nombre. Ils ont pu expérimenter la miséricorde pour toutes les relations familiales.

Les catholiques des Yvelines ont répondu présents ce dimanche 20 novembre 2016. Ce rassemblement autour de Mgr Aumonier pour la clôture de l’année de la miséricorde était en soit un événement original. Ni ordinations, ni messe chrismale – événements habituels en ces lieux – les catholiques des Yvelines ont passé deux heures avec leur évêque pour rendre grâce et célébrer à leur manière cette année jubilaire.

 Une cathédrale pleinement utilisée.

Ainsi, la cathédrale Saint-Louis fut utilisée d’une manière renouvelée. Bas-côtés, travées, chapelles latérales furent transformées en autant de « points de confessions », « lieux de prière des frères » et « points d’écoute ». Tout l’espace et les recoins de la maison de Dieu furent utilisés. Dans l’immense vaisseau de pierres, jeunes et vieux de tout le diocèse circulaient librement au rythme des témoignages et des chants de grande qualité.

Le peuple de Dieu était rassemblé et Sa grâce était agissante à l’œil nu. Certains ont fait pour la première fois depuis longtemps l’expérience du sacrement de la réconciliation, tandis que d’autres ont profité des ces dernières heures pour accomplir la démarche jubilaire et recevoir l’indulgence plénière. Les plus jeunes étaient conviés à « des ateliers expérience » pour faire descendre la miséricorde dans le cœur des enfants.

Un point sur la prière des frères qui peut être nouveau pour certains. Il s’agit simplement de se laisser porter par la foi et la prière confiante de nos frères, comme le paralytique s’est laissé conduire à Jésus par des frères, car « Portez les fardeaux les uns des autres et accomplissez ainsi  la loi du Christ. (GA 6, 2). Et de fait, les nombreux lieux d’accueil pour la prière des frères n’ont pas désempli durant ces deux heures…

 

Une après-midi placée sous le signe d’Amoris Laetitia.

L’exhortation apostolique Amoris Laetitia était également très présente cette après-midi. Chacun a pu remettre sous la miséricorde du Père ce qui nous constitue en très grande partie : nos relations et nos histoires familiales. Ainsi, plus d’une dizaine de mouvements de pastorale familiale étaient là, en tenue de service, avec leurs frères et soeurs des Yvelines. La totalité des membres de la Mission pour la famille du diocèse étaient également sur place.

 

Les suites de cette année de la miséricorde.

Ce temps dans la cathédrale s’est poursuivi avec un temps d’adoration, animé par l’évêque qui a parcouru les travées de la cathédrale muni de l’ostensoir avant de refermer la porte de la miséricorde.

Certes, la porte sainte est désormais refermée, mais Mgr Aumonier rappelle qu’il nous faut désormais vivre de cette miséricorde que nous avons ré-appris à accueillir, de façon quotidienne. C’est le Christ qui est la source de tous nos passages dans nos vies et nous fait passer les portes de la vie.

 

Par Guillaume Machu

L’année de la miséricorde en chiffres :

  • 24 000 pèlerins, groupes et démarches individuelles
  • 45 paroisses
  • 9 établissements de l’enseignement catholique
  • 6 groupes de catéchisme
  • 11 aumôneries de l’enseignement public
  • 3 maisons de retraite
  • 1 aumônerie d’hôpital
  • 30 groupes (clercs, foi et lumière, Équipe Notre Dame…)

Et c’est aussi :

  • 140 accueillants
  • 100 priants
  • 10 000 Intentions de prières portées chaque semaine à 39 communautés religieuses du diocèse et aux alentours.