Logo diocèse de Versailles

Témoignages sur la lectio divina


Quelle joie de voir se développer au niveau du diocèse des Yvelines une soif de lectio divina ! Quelle joie de se mettre ensemble à l’écoute de la Parole de Dieu ! Léon de Rambouillet et André de Louveciennes témoignent

Chapelle du Cenacle à VersaillesPour Léon : “Une parole vivante”

Léon retrace son parcours : “Mon rapport personnel à la Bible a changé lentement, mais radicalement.

Dans mon premier groupe biblique, j’ai trouvé une approche historico-critique sans lien avec ma vie spirituelle. Dieu restait muet.

Quand mes enfants adolescents ont perdu tout intérêt pour la religion, j’ai participé à une catéchèse à base de dialogues sur des sujets humains, avec en filigrane une “morale chrétienne”. Jésus-Christ était absent, mais comment en parler sans faire fuir ? J’ai décidé d’arrêter la catéchèse : je ne savais pas faire. Mais j’ai rencontré la “catéchèse biblique symbolique”, dans la tradition des Pères de l’Église, que j’ai vécue pendant 10 ans avec des groupes d’adolescents.

Dans la phase mémoire, on laisse parler le texte à travers tous les détails. Viennent ensuite les étonnements : détails inattendus, « inutiles », incohérents, difficulté à concilier avec “l’amour de Dieu”… Les questions s’éclairent au niveau symbolique dans les correspondances entre différents passages de la Bible. Le silence introduit enfin à la prière enracinée dans le texte.”

Une expérience communautaire à Rambouillet

“Depuis 2001, je pratique la lectio divina dans un groupe à Rambouillet, explique encore Léon. Un groupe animé à tour de rôle s’est formé autour d’un noyau de catéchètes. Au début, je préparais. J’avais peur du “vide”. Mais ce que j’avais trouvé me gênait pour écouter. Peu à peu, le groupe s’est auto-régulé, et nous en restons aux textes du dimanche suivant.” 

André : “Comment j’ai appris à mâcher la Parole”

A l’origine,  se souvient André, j’étais dans un groupe d’approfondissement de la Prière qui permettait de méditer l’évangile du dimanche en 5 étapes :

  • Rester sur la même parole pendant 14 jours.
  • Faire plusieurs répétitios : la parole ne se livre pleinement qu’en là remâchant en profondeur.
  • Noter sur un cahier comment cette parole m’a travaillé
  • Partager avec un groupe ces remontées dans une réunion mensuelle
  • S’engager à vivre une prière personnelle régulière.”

Un accompagnement du Cénacle

“Des groupes de partage se sont créés sur Louveciennes avec des personnes de Versailles, poursuit André. Nous avons cherché et trouvé un nouvel accompagnement humain au Cénacle de Versailles. Les animateurs des groupes vivaient une fois par mois une soirée de prière contemplative, à poursuivre un mois sur le même texte d’évangile. Tous les membres des groupes suivaient une récollection trimestrielle d’un jour au Cénacle, pour approfondir la dimension communautaire.”

Puis, nous avons vécu, en 2016, une expérience de prière accompagnée sur une semaine en paroisse à Louveciennes. 38 personnes ont été sensibilisées.”