Logo diocèse de Versailles

Prêtres du Bénin dans les Yvelines


Au retour du voyage de Mgr Aumonier au Bénin, deux prêtres béninois au service dans notre diocèse s’expriment sur ces échanges entre diocèses pour porter la foi partout dans le monde.

Le père Simon Kéké, est curé Fidei donum (1) depuis 5 ans du groupement paroissial de Bréval.  La Providence a fait qu’il a croisé tout récemment Monseigneur Aristide Gonsallo, l’évêque de son diocèse en Afrique. Mgr Gonsallo lui a fait part de sa joie d’avoir rencontré Mgr Aumonier, en visite au Bénin courant octobre ;  De son côté, Monseigneur Aumonier a été heureux de retrouver les prêtres étudiants ou fidei donum ayant servi dans les Yvelines il y a déjà quelques années.
Le père Kéké lui-même sera de retour au pays en juillet 2019 après 11 ans passés en France. S’il est triste de quitter ses paroissiens, il est malgré tout heureux de retrouver son pays, le Bénin, et sa famille. Après toutes ces années au sein du diocèse de Versailles, il repartira content de ce qu’il a pu apporter, et de tout ce qu’il a reçu, et fier de pouvoir partager ce qu’il a appris en faisant ses études.

Le père Antoine Massessi, prêtre étudiant, béninois lui aussi, au service de la paroisse de Sainte Jeanne d’Arc de Versailles, rencontre régulièrement les prêtres de Cotonou qui sont sur le diocèse de Versailles, en particulier ceux qui étudient à l’Institut Catholique de Paris, comme lui. Il retrouve aussi les prêtres fidéi donum lors des rencontres diocésaines autour de l’évêque.  « A chaque fois, nous sommes très heureux et échangeons bien évidemment sur tous les sujets relatifs à notre présence en France. » explique t’il.
Le père Antoine pense que c’est une très bonne chose que Monseigneur Aumonier ait fait ce voyage au Bénin, car « cela contribue au renforcement des relations entre les églises sœurs.  »

 

(1) Les prêtres Fidei donum sont heureux de participer à la mission universelle de l’Eglise et les évêques ont ce souci d’y contribuer en envoyant ces prêtres partager ce « don de la foi » au quatre coins du monde, là où ils peuvent être utiles.

Chantal Megglé