Logo diocèse de Versailles
Le lavement des pieds - Ford Madox Brown - crédit photo Jean-Louis Mazières

Pastorale de la Santé : Qui est l’Homme que nous cherchons à servir ?


A l’occasion de la Journée mondiale des malades, ce 11 février, coup de projecteur sur les visiteurs médicaux.
150 membres de la pastorale de la santé se sont retrouvés fin 2018 pour réfléchir, à partir de leurs expériences d’accompagnement, à ces questions : Au nom de quelle idée de l’homme nous engageons-nous ? Comment mieux vivre et mieux parler de ces hommes et femmes que nous cherchons à servir et à faire croître ?

Entrer en relation avec les personnes malades, vieillissantes ou handicapées et leur permettre d’habiter leurs relations est une grande part de notre mission de visiteurs. Les aider à se relier à elles-mêmes, aux autres et à Dieu.

En visitant ces personnes malades, fragiles, vulnérables, nous valorisons la personne

Une visiteuse a témoigné combien sa créativité lui avait permis de revoir la manière dont elle concluait ses visites. Un autre, que ses visites l’aidaient à être de plus en plus authentique, vrai avec les autres et avec lui-même. Accueillir ce qui est, se laisser déranger, décentrer, puis confier au Seigneur la personne visitée, est une manière d’être dans la contemplation. Une relation personnelle restaure l’homme dans sa dignité.

Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur ; Psaume 8

Jean Caron, diacre et professeur de philosophie a rappelé que l’humanisme chrétien est d’encourager le développement de tout l’Homme en insistant sur notre manière d’être car à partir de nos gestes, de nos paroles, nous mettons en place ce qui révèle une idée de l’Homme : une conception unifiée de l’Homme. Le pape François parle du développement intégral de l’Homme.

À chacun de prendre soin de toutes les relations à laquelle tout homme est appelé

Relation avec le monde : faisons-nous assez attention au cadre de vie, au sentiment d’être à la maison ? Avec le corps : à l’unité qui procure la paix ? Avec le temps : en ayant conscience des rythmes de chacun ? Avec les autres : est-ce que chacun se sent inclus dans un réseau de communion et d’appartenance ? Avec Dieu : une origine commune qui fonde la fraternité ; la servons-nous ?

Claude Geoffray, du service diocésain de formation, a insisté sur le fait «  qu’être ensemble, c’est percevoir ce qui est important pour autrui. Ce que j’ai à lui offrir, c’est m’offrir moi-même, s’exposer et être prêt à y perdre quelque chose de soi ». Ces rencontres nous révèlent notre propre vulnérabilité. Comment l’accueillons-nous sachant que la fragilité relie aux autres dans l’amour ?

La personne vulnérable est au cœur de notre mission, et nos visites viennent aider à restaurer les liens avec le monde et à ce que chacun se sente inclus dans la communauté humaine.

Echos de Bénédicte Bergeron,
déléguée diocésaine pour la pastorale de la santé

MESSAGE DU PAPE POUR LA JOURNÉE DES MALADES 2019
Image : Le lavement des pieds de Ford Madox Brown – crédit photo Jean-Louis Mazières